Le concept de l’amour en 2018

Introduction : Ceci est une chronique un peu différente, d’ailleurs on ne peut pas vraiment appeler ça une chronique; je dirai plutôt que c’est un court essai sur le concept de l’amour (je rappelle une nouvelle fois que c’est vu sous l’angle d’une millenial, personne née entre 90 et 2000, qui connaît donc la naissance d’Internet et tout ce que cela implique). J’ai choisi de parler de l’amour façon devoir de philo. L’amour, car c’est un sujet universel, et de façon plus intime c’est selon moi la seule chose pour laquelle nous nous devons d’exister. 

J’ai réalisé il y a quelques années que le modèle parental forge notre propre conception de l’amour. En fonction de l’éducation que l’on a reçu et également de l’image qui nous a été reflétée par les personnes qui nous ont entouré durant notre enfance, nous agissons de telle ou telle façon envers les personnes qui nous plaisent et avec qui nous avons envie de construire quelque chose. La démolition de l’archétype du parfait amour apparaît alors en grandissant, quand nous sortons enfin de la bulle du cocon de l’innocence, et que nous découvrons que le divorce existe et qu’il est accompagné par l’infidélité, le mensonge, etc. 

Alors, quand vient l’âge des premiers émois (même s’ils seront toujours accompagnés d’une certaine forme de naïveté), le doute, le manque de confiance ainsi que la peur de l’abandon se font ressentir. Désormais, dans la vie de plusieurs milliers de personnes, ce sont les applications de rencontre qui règlent la dynamique du ballet des âmes humaines. Tinder en tête, suivi de ses petits camarades, vont alors être utilisés pour palier aux rendez-vous d’antan : les cafés en terrasse sont remplacés par des messages pré-formulés et les conversations vont généralement tourner autour du sexe ou bien du désir. Le légendaire romantisme français est alors mis de côté au profit de l’urgence : la soif de conquérir ainsi que le besoin d’accumuler – presque de façon numérique –  les relations physiques vont primer sur tout le reste.

Les rencontres par Internet sont brèves, rapides, et gouvernées par le besoin d’assouvir une envie physique. L’affaire se fait alors, puis les deux individus décident de poursuivre ou non la relation en fonction de la qualité de l’épisode charnel vécu initialement. Je tiens à préciser ici que cela est ma vision des choses, mais qu’elle est étendue auprès d’un bon nombre de personnes qui connaissent également le milieu des applications de rencontre. Bref, reprenons. Une question vient alors : le romantisme est-il définitivement mort ? Doit-on porter les lunettes du nihilisme avant de se lancer dans une quelconque relation ? Ou au contraire, faut-il rester ouvert au sentiment amoureux ? 

En 2018, cela devient très compliqué, quand on est célibataires, de rencontrer quelqu’un. Tout d’abord parce qu’en fonction de notre âge, nous avons forcément vécus des épisodes plus ou moins douloureux qui vont déterminer notre façon d’agir face aux autres, et ensuite parce qu’actuellement, en abordant quelqu’un dans la rue (cela est plutôt valable pour les hommes), cela peut être passible de harcèlement. Les rencontres spontanées sont donc socialement délicates. D’ailleurs, dans l’acte de la rencontre spontanée intervient alors également la notion de préjugés (rappelons ici que les préjugés sont de très anciens réflexes qui nous viennent quasiment de la pré-histoire : à l’époque, nous devions rapidement déterminer si l’humain en face de nous était dangereux ou non pour notre survie. Au fil du temps, cela s’est vulgarisé et transformé de façon débile et consiste désormais à définir la personne avant même la connaître). Vais-je passer pour une « fille facile » en allant aborder ce garçon ? Ma tenue ne va-t-elle pas le pousser à se tromper sur mes intentions ? Et autres questions qui doivent se poser quand on a un cerveau compliqué avec des valeurs féministes. Encore un autre paramètre rentre en compte dans l’acte de la rencontre naturelle : la fiabilité de l’individu, afin d’éviter de se retrouver dans une situation de danger physique ou émotionnelle.

Pour conclure cet essai, j’aimerais seulement partager avec vous une citation de Kierkegaard qui résume ma propre vision du concept de l’amour :  “Si on ne sait pas faire de l’amour cet absolu auprès de quoi toute autre histoire disparaît, on ne devrait jamais se hasarder à aimer, même pas si on se mariait dix fois”.

Merci à vous qui avez pris le temps de lire ce texte. Si l’envie vous prend, dites-moi si vous aimeriez lire d’avantage de textes de ce genre façon essai. Bisous doux, 

Faustine.

 

 

Publicités

4 Replies to “Le concept de l’amour en 2018”

  1. Je t’encourage à continuer sur cette vois.
    Parler de l’amour laisser, la confiance, les « a cause de… et grâce … » que nous somme avec l’etre Aimer.
    Le pourquoi notre génération a peur. Ou au contraire et prêt à tout.
    Continue sur ce sujet. Aussi complexe qu’interessant. Qui pourrai soulever des problématiques chez chacuns et chacune d’entre nous.
    En parlant de situation plus précise peut être?

    Écrire sur les sentiments quel qu’ils soient .. continue.

    J'aime

    1. Bonjour mademoiselle. Je ne sais pas qui tu es mais je te remercie vraiment pour ton commentaire. J’hésite encore à écrire de façon plus personnelle, car c’est compliqué pour moi de parler de façon autobiographique. Mais je vais essayer 😌 merci beaucoup en tout cas et à bientôt j’espère

      J'aime

  2. Ne le prends pas mal, mais je rentre dans la définition de ce qu’on peut appeler une millenial et je ne me reconnait pas dans ton article. L’amour, peu importe la génération à laquelle on appartient, ça n’a rien à voir avec ce que tu décris, ça ne s’achète pas au supermarché, on ne « consomme » pas les gens qu’on aime.. Tomber amoureux à l’ère Tinder est encore possible mais je doute qu’on l’y croise souvent.. L’amour c’est pas « ça va ça vient », c’est foudroyant quand ça te tombe dessus, ça brûle, ça tord les boyaux, ça donne envie de vivre et de mourir à la fois, c’est absolument incontrôlable et c’est trop immense. Rien à voir avec le total contrôle qu’on exerce sur nos relations par le biais d’applis où chacun montre son meilleur visage, on triche pas avec l’amour, jamais. Y a pas de place pour les faux semblants, et si on essaie de tricher quand même, c’est qu’on est vraiment très bête ou très souffrant ou les deux.
    (Enfin je pensais qu’on était tous au courant que Tinder c’était juste pour trouver des plans culs.. ?)
    PS : je ne vois pas de conclusion à ton article, on ne sait pas vraiment ce que tu en pense…

    J'aime

    1. Bonjour, je ne le prends pas mal du tout au contraire les critiques constructives sont très importantes pour moi. Personnellement, je considère que l’amour est une des uniques choses qui nous maintient en vie, et qu’il est présent partout. Simplement quand j’écris une chronique j’essaie de dire le contraire de ce que je pense afin d’exploiter plusieurs points de vue et possibilités. Ça pourrait être une bonne idée que j’écrive quelque chose sur ma propre vision de l’amour, que ce soit en 2018 ou qu’importe. Je te remercie pour ton temps et ton attention. Belle soirée à toi 😘

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s